» Actualités

INTERNATIONAL : PEUGEOT VAINQUEUR DU DAKAR

Publié le 26-01-2016

Vingt-six ans après son dernier succès, PEUGEOT remporte le Dakar pour la cinquième fois de son histoire. La PEUGEOT 2008 DKR, 2 roues motrices, triomphe avec son équipage le plus capé, Stéphane Peterhansel/Jean-Paul Cottret.
 

UN PALMARES EN OR
Pour PEUGEOT, cette victoire complète un palmarès sportif déjà riche de quatre succès au Dakar conquis en Afrique entre1987 et 1990 et comprenant de nombreux triomphes dans des compétitions aussi variées que les 24 Heures du Mans, Pikes Peak ou encore le WRC. Cette victoire restera aussi un temps fort du palmarès de PEUGEOT qui s’est imposé dès sa 2e participation en Amérique du Sud. 3 PEUGEOT 2008 DKR ont franchi l’arrivée.
 
Jamais un tel résultat d’ensemble n’aurait été possible sans quelques mémorables séances d’entraide entre les équipages ainsi qu’entre ces héros de l’ombre que sont les mécaniciens. Auteur d’une très belle course pour sa deuxième participation sur quatre roues, Cyril Despres (qui a contribué à l’un des 7 doublés) s’est spontanément improvisé ange-gardien de ses équipiers qu’il a dépannés en quelques occasions. Des images fortes qui entretiennent la légende de cette épreuve… 
 
« Mr DAKAR » A ENCORE FRAPPÉ
Recourant à toute son expérience, le duo Peterhansel / Cottret de la PEUGEOT 2008 DKR n°302 a franchi, en vainqueur, le podium final de Rosario. S’il s’agit de la sixième victoire commune pour cet équipage, ce succès est aussi le douzième à porter au crédit de Stéphane Peterhansel, déjà six fois vainqueur à moto. 25 ans après son premier succès, il améliore encore son propre record et confirme son statut d’incontournable « Mr. Dakar » !
 
MISSION COMMANDO !
Avec 9500 km à parcourir en deux semaines entre l’Argentine et la Bolivie sous les caprices de la météo et à des altitudes allant jusqu’à 4800 m, le Team Peugeot Total a relevé un défi impitoyable avec l’un des commandos les plus impressionnants jamais vus au départ de l’épreuve. Cumulant à eux trois 17 victoires au Dakar, les équipages de 2015, Stéphane Peterhansel/Jean-Paul Cottret, Carlos Sainz/Lucas Cruz et Cyril Despres/David Castera ont été rejoints par les nonuples champions du monde des rallyes Sébastien Loeb/Daniel Elena qui effectuaient, quant à eux, leurs grands débuts sur cette épreuve mythique. 
 
UN DEFI TECHNIQUE
Tous se sont illustrés au cours du rallye au volant de leur PEUGEOT 2008 DKR. Tenant compte des nombreux enseignements enregistrés l’an passé, à l’occasion du premier Dakar disputé par PEUGEOT sur le continent sud-américain, les ingénieurs de l’équipe ont travaillé sans relâche. Plus basse, plus large, plus longue et plus puissante, la nouvelle PEUGEOT 2008 DKR a rapidement démontré l’étendue du son potentiel. Toujours fidèle aux « deux roues motrices » face aux traditionnels 4x4, elle s’est révélée à l’aise sur tous les types de terrains, confortant ainsi les options techniques prises à l’origine du projet.
 
DEUX SEMAINES DE REBONDISSEMENTS
Les équipages du Team Peugeot Total se sont emparés de la tête de l’épreuve dès la première étape disputée. Exploitant au mieux ses talents de rallyman sur ce terrain familier, Sébastien Loeb était le premier à accrocher une spéciale mais Stéphane Peterhansel et Carlos Sainz ne tardaient pas à l’imiter. S’adjugeant six doublés dont deux triplés sur les six étapes disputées lors de cette première semaine, les PEUGEOT 2008 DKR ont régulièrement occupé les trois premières places du classement général, offrant à toute l’équipe d’intenses montées d’adrénaline. C’est d’ailleurs le trio Loeb-Peterhansel-Sainz qui pointait en tête à Salta, lors la journée de repos, après un éprouvant détour sur les hauts plateaux boliviens.
 
La deuxième semaine de course offrait une dose supplémentaire d’aventures avec un parcours plus varié, davantage de hors-piste et des sections tracées dans des dunes. Sur ce terrain propice à de nombreux bouleversements, Sébastien Loeb (tonneau) et Carlos Sainz (abandon sur rupture mécanique à l’étape 10) perdaient bientôt leurs chances de briguer la victoire. Cyril Despres ayant été retardé dès la cinquième étape (problème de turbo), Stéphane Peterhansel était dès lors désigné comme chef de file du Team Peugeot Total pour la victoire. Vainqueur survolté d’une spéciale cruciale dans les fameuses dunes de Fiambala, l’équipage prenait le pouvoir lors de la dixième des treize étapes avec une avance d’une heure. Il ne lui restait plus qu’à gérer ce capital jusqu’à l’arrivée.